mardi 18 septembre 2018

L'heure du fennec

- Fennnnnneeeeeeeeccc !!!
- Et voilà. Ça r'commence. Bon, chaton, je te laisse la maison, je reviens dans une demi-heure, ok ?
- Okkkkkkkaaaaayyy ! et oublie pas les crevettes si tu fais les courses, hein ? yiippiiiii ! sale souris, attend que j't'attrape, hahaha !

C'est, donc, l'heure du fennec. Je sais toute l'ironie qu'il y a à traiter mon félin de canidé, et pourtant, si vous le voyiez rabattre ses oreilles en arrière en guise de prologue à une demi-heure de folie totale dans toute la maison, vous comprendriez : ça lui donne l'air d'un fennec, cet adorable petit renard des sables. Il n'a pas perdu l'esprit, il n'a pas été piqué par une mouche ni rien, c'est juste qu'il est un chat et que les chats ont des moments de folie. Je continue donc seule (et dehors dans la cour) une conversation commencée il y a un moment.
J'évoquais il y a quelque temps avec Luke (et Dietrich Bonhoeffer) la nécessité de ne pas se faire d'illusions sur l'Église, ou plutôt de se garder de vivre avec l'idéal inaccessible d'une Église parfaite par elle-même. Parfaite, elle l'est, en tant qu'elle est appelée par Dieu à être un corps dont la tête est le Christ. Mais imparfaite, parce que, comme Jésus est né, a vécu et est mort en humain, nous sommes contraints par notre humanité à ne pas nous croire capables de bonté permanente. Le bien nous échappe et le mal s'insinue. Même dans l'Église, celle d'ici-bas à laquelle nous appartenons.
Pourtant, nous sommes appelés à vivre comme des saints. N'y a-t-il pas là une énorme contradiction ? Le terme clé ici, c'est "appelés à". Nous sommes appelés à croire que c'est possible, à croire que nous pouvons faire confiance malgré la méfiance, à rendre le bien pour le mal, à pardonner les offenses. C'est un effort individuel, et c'est un effort collectif. C'est l'exercice du muscle de la charité, de la compassion, de l'amour, qui s'atrophie si on ne fait qu'en parler sans jamais s'en servir.
Je regarde mon chat passer à toute vitesse le long de la porte-fenêtre du salon, sauter sur le dossier du canapé, puis sur la table avant un rétablissement hasardeux sur la petite table branlante qui supporte une lampe. Je pourrais, bien sûr, rentrer et le mettre dans une cage le temps qu'il se calme. On peut aussi, comme je le fais à présent, sortir pour attendre que ça se calme. Il n'est pas certain qu'il y ait de solution idéale en la matière.
Dans mes recherches sur la question de l'hospitalité, celle qui se joue en Église occupe beaucoup de mon temps. L'hospitalité, c'est ce qui se tisse entre accueillis et accueillants, ça met en jeu tous les meilleurs et les pires instincts de l'âme humaine : territorialisme, fraternité, volonté de rencontre, volonté de se préserver, peur et curiosité... C'est une expérience de l'incarnation, comme celle de Jésus qui est né dans une étable parce que la salle commune était trop pleine et qui a dû fuir dans le pays d'à côté pour échapper à la mort.
Vivre et discuter avec un chat met ces choses-là en évidence : difficile de dire qui vit chez l'autre, qui se montre hospitalier pour l'autre. Ça se tricote tous les jours, et parfois, ça oblige à sortir de ce qu'on considère être chez soi, le temps que les conditions soient réunies à nouveau pour que ce soit vivable. Le drame, c'est quand les conditions sont si loin d'être réunies que certains se voient contraints de quitter l'Eglise pour de bon et de se considérer étrangers à elle. Je pense aux abus sexuels perpétrés par des gens en position d'autorité, sur des êtres trop fragiles pour se défendre et qui porteront toute leur vie les séquelles et la culpabilité de ces agressions. Je pense aussi à ceux qui n'ont jamais réussi à trouver leur place, ceux qui avaient des questions qui n'ont pas été entendues, ceux qui débordaient d'enthousiasme à leur découverte de l'Evangile et qui n'ont pas réussi à rentrer dans le rang des habitués qui ne souhaitaient pas de débordement, ceux qui, sous le coup du malheur, de la maladie, de la solitude, n'ont pas réussi à adapter leur comportement aux règles implicites de la communauté. Quand on est à l'intérieur de l'Eglise, on ne voit pas ceux qui n'y sont plus. Il arrive même qu'on les blâme, mais le plus souvent, on les oublie.
Il m'est arrivé, souvent, quand je disais que j'étais pasteur, qu'on me parle spontanément de cet éloignement. Parce qu'un oncle à l'hopital n'avait pas reçu la visite espérée ; parce qu'une grand-tante avait vécu douloureusement son éducation religieuse ; parce que le jour où l'envie de prier a surgi, la porte de l'église était fermée ; parce que "quand on se dit chrétien, on ne peut pas faire des choses comme ça" ; parce que l'Eglise est imparfaite, les gens qui y sont aussi, et que c'est décevant.
Je regarde mon chat s'installer sur son coussin tout feutré de poils et se lécher consciencieusement une patte. Pour moi, le moment de crise est passé. Pour beaucoup, il est encore si présent qu'ils ne tenteront peut-être plus jamais de rejoindre l'Eglise, la "petite", humaine institution qui s'efforce d'organiser la vie des croyants, alors qu'il font toujours bien partie de l'Eglise, la grande, la vraie, celle dont Dieu seul connaît les contours. Et je rêve d'une Eglise qui n'oublie pas qu'elle ne sera jamais propriétaire de ses frontières, parce que des gens là-dehors lui appartiennent et qu'il suffirait d'un peu d'attention pour qu'on leur fasse de la place et qu'ils s'y trouvent enfin bien. Parce que c'est chez eux.

Vulpes zerda

samedi 15 septembre 2018

La déconnection

Nous connaissons tous le sentiment d'être déconnecté de nos semblables, rendu plus cruel encore par l'extrême connectivité de notre civilisation. Il y a de fortes chances pour que vous lisiez ce billet sur votre téléphone : nous passons une bonne partie de notre temps sur un écran, à portée de clic du monde entier et de ses milliards d'habitants. Pourtant, c'est une grande isolation qui caractérise notre vie contemporaine. Ce paradoxe n'en est pas un si nous considérons que les écrans ne créent pas le problème, mais le révèlent.
Voilà ce que développe Carey Nieuwhof dans son livre Didn't See It Comingdont nous continuons la lecture ensemble (et qui est paru la semaine dernière). Il rappelle que la technologie "est un maître terrible mais un merveilleux serviteur" qui révèle en nous le pire comme le meilleur - le pire étant notre tendance à nous déconnecter des autres "réels", les gens en chair et en os qui nous entourent. L'auteur déplore la mort de deux choses fondamentales qui nous connectent aux autres : la conversation et la confession.
Pour deux raisons différentes, ces deux thèmes me sont chers, et je vais m'éloigner un peu du livre de Carey Nieuwhof pour les aborder tous les deux ici.
La conversation est un art qui consiste d'abord et avant tout à écouter. Pour citer l'auteur : "Une conversation qui souffle la vie, c'est un échange, un va-et-vient dans lequel les interlocuteurs s'intéressent vraiment l'un à l'autre. Pensez à un match de ping-pong, par exemple : si vous gardez la balle trop longtemps, vous ne jouez pas vraiment." Ensuite, il faut des choses à dire, mais plus probablement encore, de l'incertitude. S'il n'y a pas d'incertitude, il peut y avoir une série d'annonces, mais pas vraiment de conversation. Converser, c'est accepter de se laisser bousculer un minimum, parce que le monde de l'autre vient éclairer le nôtre d'une autre lueur. Prendre le temps de la conversation, prendre le risque de ne pas savoir ni maîtriser ce qui sera dit, c'est ouvrir un espace insoupçonné et tisser une relation qui a vraiment du sens. C'est devenu rare... et bien sûr, c'est un risque : celui de se livrer, celui de découvrir de l'autre quelque chose qui dépasse un peu de l'ordinaire. Ecouter l'autre, selon Dietrich Bonhoeffer, c'est "le commencement de l'amour du prochain". Il ajoute : "Certains chrétiens, et en particulier les prédicateurs, se croient toujours obligés d'"offrir quelque chose" lorsqu'ils se trouvent avec d'autres hommes comme si c'était leur leur service... Mais l'être qui ne peut plus écouter son frère finit par ne plus pouvoir écouter Dieu lui-même et vouloir seulement lui parler. Ici commence la mort spirituelle et finalement il ne reste que le bavardage spirituel, la condescendance cléricale qui s'étouffe dans des paroles pieuses. A ne pas pouvoir accorder une attention soutenue et patiente aux aures, on leur parlera toujours en étant à côté de la question, et cela, finalement, sans plus s'en rendre compte. L'être humain qui estime son temps trop précieux pour pouvoir le perdre à écouter les autres n'aura en fait jamais de temps pour Dieu et le prochain ; il n'en aura plus que pour lui-même, pour ses propres paroles et ses propres projets." Pour préciser sa pensée, Bonhoeffer ajoute que notre attitude à l'égard de notre prochain n'est, au fond, que le reflet de notre relation avec Dieu.
Quant à la confession, pour les protestants d'aujourd'hui, ce n'est pas quelque chose à quoi on penserait spontanément. Pour nous, la confession fait partie de la liturgie, mais ce n'est pas un rituel pratiqué hors du cadre du culte. Pas de confessionnal dans nos temples, pas de confession auriculaire auprès de pasteurs seuls habilités à prononcer l'absolution. Ne concluons pas pour autant que "chez les protestants, on ne se confesse pas". La confession fait partie de la relation à Dieu, relation de confiance où peut se dire ce qui pèse, ce qui empêche d'avancer, ce qui empêche de lui faire confiance. Elle devrait aussi, si l'on en croit toujours Bonhoeffer, faire partie de la vie communautaire. Le service du pardon, c'est l'absence de jugement et le pardon donné tranquillement, dans l'intercession mutuelle : chacun des membres de la communauté porte les péchés des autres, et chacun le sait, ce qui lui donne la force de le faire. Il s'agit bien en effet de porter l'autre  : "Le chrétien doit porter la charge du prochain. Il doit supporter le frère. C'est seulement comme charge que l'autre est vraiment un frère et non un objet qu'on domine." Bonhoeffer explique que porter l'autre, c'est le porter tel qu'il est réellement, avec ses forces et ses faiblesses, ce qui nous plaît en lui et ce qui nous déplaît en lui, bref, sa réalité.
La conversation et la confession, en ce sens, nous mettent à l'épreuve de l'autre et nous livrent à cette épreuve auprès de l'autre. La foi ne peut être qu'une affaire de relation.

Amicale de l'IPT Montpellier, circa 2013

samedi 8 septembre 2018

L'outrage

Sur le papier, les chrétiens devraient être les gens les moins choquables du monde.
Celui qu'ils appellent Seigneur, celui qui a le dernier mot sur leur vie, est mort comme le dernier des derniers. C'est celui-là précisément, et pas un autre un peu mieux coiffé, qui est central pour leur espérance, leur vie spirituelle, leur vie tout court. Folie ! Scandale ! (ce n'est pas moi qui le dis, c'est Paul). Folie et scandale que de prêcher cela. Les chrétiens doivent, au coeur même de leur foi, faire avec ce scandale, cette folie, et y trouver en quoi c'est bon, en quoi la grâce de Dieu s'y renouvelle et se déploie en bousculant le monde et ses usages, ses habitudes et ses pouvoirs. En principe, ils croient que plus rien ne peut outrager Dieu, qui a accepté volontairement de passer, justement, par les pires outrages pour accéder jusqu'à nous. 
On pourrait croire que ça les blase pour tout un tas de choses, or pas du tout. Comme l'essentiel de nos contemporains, les chrétiens semblent souvent se choquer de tout un tas de choses. "Oui mais quand même" sont peut-être les mots que je déteste le plus. La grâce se déploie pour les pécheurs, les moins que rien, les ratés de la vie... oui mais quand même, il faudrait qu'ils soient un peu mieux peignés. Dieu ne s'arrête pas sur le curriculum vitae pour faire route avec un quidam... oui mais quand même, il faudrait qu'il apprenne à marcher au pas. Dieu accepte et adopte... oui mais quand même, il faut montrer patte blanche, sinon où va-t-on ?
En réalité, ce réflexe n'a rien de fondé théologiquement, ou pour le dire autrement, ce n'est pas Dieu qui a des exigences. Je me demande parfois si ce n'est pas une bête question humaine, sur la façon dont fonctionnent les êtres humains. 
Quand on a passé du temps et mis beaucoup d'énergie à faire des efforts pour se rendre acceptable, parce qu'on croit que c'est ainsi que Dieu nous acceptera (enfin), on a tellement investi qu'il est difficile de faire demi-tour, de penser autrement, de renouveller sa compréhension de la grâce. On a mis tellement de soi dans tout ça que renoncer, ce serait accepter de tout perdre, au fond. 
Dans le déroulement du culte (ou de la messe), il y a un moment juste après le début où il y a la confession du (ou des) péché(s). C'est un moment où on fait retour sur soi, où on admet qu'on fait fausse route, qu'on s'est perdu, qu'on ne sait pas. À chaque culte (ou messe), on fait se détour pour admettre qu'on n'est pas comme il faudrait. Si on prend ça au sérieux, alors ça veut dire qu'on ne peut pas, sans être hypocrite, se croire en règle avec Dieu. On ne peut pas se faire d'illusion en croyant que des efforts, du temps, de l'énergie, peuvent nous mettre en règle avec Dieu. On ne peut pas croire qu'on a enfin atteint la sainteté et que du haut de cette sainteté, on peut juger les autres.
Ce moment-là, c'est un moment de choc, de deuil et d'acceptation. C'est la grande baffe de l'humilité. On en ressort tout nu, d'une certaine façon, et conscient que nos efforts, pour courageux qu'ils soient, ne sont que marginaux dans notre relation avec Dieu. Le moment qui suit, l'annonce de la grâce, nous redit que c'est dans la grâce de Dieu que notre vérité se joue.
Comment, après tout ça, se targuer de sa propre bonne conduite ? Comment s'outrager de la mauvaise conduite supposée des autres ? 
Sur le papier, les chrétiens ne peuvent pas être choqués - sinon par eux-mêmes, d'abord et avant tout...  Pour le reste, ils sont les messagers de la grâce. Celle qui n'attend pas pour agir que nous ayons fini d'être choqués.

(c) PRG

mercredi 5 septembre 2018

La solitude du pasteur


La chose la plus difficile à vivre quand vous êtes pasteur, c'est le sentiment d'une profonde solitude. Bien sûr, vous êtes sans arrêt au milieu de plein de gens, que vous écoutez du mieux que vous pouvez, vous êtes à l'écoute de la Parole de Dieu, vous parlez, vous expliquez, vous échangez, vous hésitez, vous apprenez, vous découvrez. Il ne se passe pas un jour sans que vous ayez des rendez-vous avec des gens de tous les horizons, de tous les âges, des convaincus, des formidables, des agressifs, des incertains, de tout ça à la fois... Mais vous restez, irrémédiablement, seul. Pourquoi ?
Le pire conseil que j'ai reçu en la matière c'est : "il ne faut pas se sentir seul". D'accord, mais comment ? à essayer de suivre ce conseil, on ne fait que se sentir coupable en plus. 
Alors pourquoi ? 
Parce qu'il est très difficile de se confier. On tisse des liens d'amitié profonde, on devient une personne parfois importante dans un cercle familial, on fait en sorte que les gens se rencontrent, se parlent, se fassent confiance ; mais il arrive toujours un moment où vous êtes le pasteur et que les relations avec autrui ne pourront pas dépasser cette vérité-là. Il arrive toujours un moment où il est impératif que vous soyez juste celui qui écoute, qui accompagne, qui exhorte, qui conseille... et qui partira. Dans ce moment-là, la réciprocité ne fonctionne plus. Dans ce moment-là, il se noue autre chose. 
C'est à vous, alors, de réaliser que vous ne pouvez pas vous confier totalement. Il y a le secret pastoral : certaines choses qui vous font souffrir sont inexplicables sans révéler des choses que vous savez sur les autres, et ça, ça n'est pas possible. Il y a la vocation qui consiste à laisser une place à Dieu à toute table où vous vous trouvez, et à vous effacer pour qu'il s'agisse de lui et pas de vous. Il y a les attentes fantasmées envers "Le Pasteur", et la colère lorsque ces attentes ne sont pas remplies ; et là, vous avez beau vous dire que vous êtes un pasteur et pas Le Pasteur et que ça n'est pas une attaque personnelle contre vous, c'est souvent dur à encaisser. Il y a la méfiance aussi lorsque vous avez cru pouvoir vous confier et que cette confiance a été trahie. Il y a le fait que le pasteur vit au presbytère, et que certains imaginent que puisqu'ils payent, ils ont le droit d'y entrer comme ils veulent et d'observer le pasteur comme un poisson rouge dans son bocal (heureusement, c'est rare). Il y a l'envie, parfois, de rire et plaisanter sans se poser de question, pour réaliser un peu tard que ça peut choquer certains Il y a les moments où vous pensez échanger en toute discrétion, pour réaliser au bout d'une semaine que tout le monde est au courant de vos affres du moment. 
Il y a la volonté de tout faire pour faire le mieux possible, et du coup, pour tenir le coup, on laisse de côté beaucoup de choses : les amis qui ne font pas partie de la communauté locale, les liens à cultiver, familiaux, associatifs, les loisirs qui vous font sortir de chez vous, la rencontre avec des gens extérieurs à l'Église... quand vous avez cinq cultes à préparer dans une semaine, vous avez tout juste le temps de remplir le frigo et pas celui d'en partager la nourriture avec d'autres.
Est-ce une fatalité ? Non, sans doute. Mais ça demande d'en prendre conscience et de décider consciemment que la solitude est une ennemie lorsqu'elle sape vos forces au lieu de vous en redonner.  Ca demande de prendre le risque de la confiance, envers et malgré tout, et de cultiver des relations profondes et vraies avec des gens qui ne vous voient pas que comme "Le Pasteur", mais comme un être humain qui ne survit que par les relations tissées avec d'autres. C'est admettre que cette faiblesse est, en fait, une force. C'est, d'une certaine façon, le saut de la foi. 

(c) PRG

samedi 1 septembre 2018

De ou pour ?

- Alors mon humaine, où étais-tu passée ?
- Tiens mon chaton ! Alors, ils sont confortables ces cartons ? Tu sais, il va falloir que je les vide à un moment ou à un autre.
- Même mon préféré ? 
- Celui qui contient les manuels de patristique ? Non, celui-là il va peut-être rester un peu.
- Pourquoi ? sur quoi tu travailles en ce moment ?
- Toujours la même chose, l'hospitalité comme concept théologique. 
- Ah.
- Oui, ah. Mais aujourd'hui, j'essaie de répondre à une question qu'on m'a posée récemment : de quoi on doit être sauvé ?
- Bonne question.
- Oui. N'empêche qu'on peut la questionner, la question. "De quoi doit-on être sauvé", si on se le représente, c'est un peu le coup d'oeil par-dessus l'épaule pendant qu'on court pour essayer d'échapper à quelque chose, tu vois ?
- Oui, je vois. Tiens puisqu'on parle de courir, j'ai une critique à propos de cette nouvelle maison. 
- Ah oui ?
- Les virages. 
- Pardon ?
- Toi, tu as des semelles qui accrochent. Mais moi j'ai des griffes et des coussinets. Et dans les virages, ça rippe.
- Je ne comprends toujours pas.
- Bon, tu vois hier quand tu as passé l'ignoble azpirateur ? (d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi tu l'as emmené celui-là, ou si tu devais absolument l'emmener, pourquoi tu l'as sorti du carton). 
- Oui, je vois, ça m'arrive.
- Alors tu vois, c'est pas que ça m'effraie, c'est juste que je suis prudent, tu vois ? Alors quand tu vas le chercher, je m'éclipse.
- Oui, j'avais remarqué, en effet.
- Seulement sur le carrelage ou sur du parquet bien ciré, dans les virages, ça rippe. 
- Ah voilà pourquoi les angles droits te prennent quelques secondes ?!
- Oui. Et je doute que ce soit d'une extrême élégance. J'y ai perdu quelques grammes de dignité, hier, dans les virages. 
- Alors tu comprends la métaphore quand je dis que vouloir être sauvé de quelque chose, ça touche au plus profond de nous, parce que ça écorche notre dignité, notre égo, notre être même ?
- Mioui.
- Du coup, je me demande si c'est bien la bonne façon de tourner la métaphore, ou plutôt si cette métaphore-là ne nous enferme pas dans une dimension imaginaire qui va à l'encontre de l'Évangile.
- Le coup d'oeil par-dessus l'épaule, tu veux dire ?
- Oui, je crois que c'est ce que je veux dire. Ça fait de nous des êtres apeurés sous le regard de Dieu.
- Tu ne peux pas nier qu'il y a des textes qui défendent cette vision-là, ceci dit.
- Non, je ne peux pas le nier, ils sont bien là. Mais ce n'est pas la totalité de ce que nous est dit sur le salut.
- Il y aurait une autre métaphore ?
- Je vais essayer. Par exemple, plutôt qu'un coup d'oeil apeuré vers l'arrière pour échapper à quelque chose, on pourrait imaginer un regard tendu vers l'avant, vers ce qu'on ne peut pas encore voir.
- Le passé ou le présent, l'arrière ou l'avant, le connu ou l'inconnu, c'est ça les oppositions entre ces deux métaphores ? 
- Oui, c'est ça. Et je me demande si la bonne nouvelle, ce n'est pas de tenir ferme à ce coup d'oeil vers l'avant, vers l'inconnu, vers l'inattendu. Vers le Royaume, en fait.
- Dans le premier cas il faut être sauvé de quelque chose, mais dans le deuxième, on est sauvé de quoi, alors ?
- On est pas sauvé de quelque chose, on est sauvé pour quelque chose.
- Miaouhoua !
- Oui... 
- OK, c'est pas mal. Mais j'ai l'impression que ce n'est pas vraiment l'un contre l'autre. C'est les deux à la fois, non ? On est sauvé de quelque chose (du péché, de l'égarement, du mal...) et pour quelque chose (le Royaume, le paradis, la vie véritable, l'à-venir...).
- Mon chaton, ça fait écho à un truc, mais à quoi déjà ? Ah oui, Luther... quand il dit que le croyant est à la fois "juste et pécheur" (simul justus et peccator en latin dans le texte), ça doit pouvoir se dire comme ça : on est à la fois pécheur (on a besoin du salut comme ce qui nous libère de ce qu'on aperçoit derrière notre épaule) et juste (on a besoin du salut comme ce qui nous pousse vers ce qu'on ne peut qu'apercevoir devant). 
- Hmmm, je vois. Derrière, l'azpirateur. Devant, mon carton. 
- C'est ça. Je crois. 



vendredi 31 août 2018

Qui a une âme ?

Les femmes ont-elles une âme ? C'est le titre d'une conférence que j'ai un temps projetée, avant d'en être dissuadée par une bonne âme qui craignait que ça ne soit pris pour une provocation. Certes, mais enfin je persiste à penser que c'eut été un titre pertinent. 
On ne pose peut-être plus la question de la même façon de nos jours, dans le monde sécularisé qui est le nôtre, mais la question se pose toujours : à quels humains une société donnée reconnaît-elle le statut et la dignité d'êtres humains ? Que faut-il faire ou être pour mériter ce titre et les avantages qui l'accompagnent ? Quels sont les obstacles insurmontables à la reconnaissance du statut d'être humain ? Bref, à qui, en tant que société, reconnaissons-nous une âme ?
Et avouez qu'accorder une âme à quelqu'un, ça nous ouvre tout un tas d'embêtements. Parce qu'on s'interdit dès lors de traiter ce quelqu'un comme un objet. Fondamentalement, un violeur ne reconnaît pas d'âme à sa victime. Un trafiquant d'esclaves non plus. Mais il y a des agressions plus subtiles qui dénient elles aussi le statut d'humain à autrui, c'est tout simplement le fait de refuser de lui reconnaître une vie intérieure. Pour reprendre les mots du psychiatre Boris Cyrulnik, "dès l'instant où l'on accorde une âme à un autre, on lui parle comme à quelqu'un qui a un monde du dedans, qui nous intéresse, qui nous étonne, qui nous irrite, mais dont il faut tenir compte. Donc le fondement de la morale apparaît : Je dois tenir compte de l'existence de votre âme". 
Je crois que tout l'Évangile (littéralement, la bonne nouvelle) tient en ceci que c'est l'humain qui compte, par-delà tout le reste. Paul le disait ainsi : "Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme, car tous vous êtes un en Jésus-Christ". Ça ne signifie pas que les caractéristiques personnelles disparaissent, mais que personne ne peut s'en réclamer pour dénier à l'autre son humanité. Tout ce qui dénie l'humanité de l'humain relève du péché, c'est-à-dire de ce qui égare, ce qui fait perdre le cap de la juste relation à Dieu. Tous un en Jésus-Christ, ça signifie que l'autre est un monde qui se déploie dans le Royaume, comme je suis moi-même un monde vivant d'une autre vie. 
Si quelqu'un vous dénie votre statut d'être humain, c'est qu'il rend un culte à une idole, à cette chose que dans son imagination vous devriez être pour qu'il vous accepte. Ce n'est pas ainsi que le Royaume fonctionne. 
Alors, les femmes ont-elles une âme ? Et bien pas pour tout le monde. Après tout, le féminisme, c'est l'idée révolutionnaire selon laquelle la femme est un être humain. Les migrants, les pauvres ont-ils une âme ? Les homosexuels ont-ils une âme ? La "bonne" couleur de peau garantit-elle une âme ? L'âge, la maladie enlèvent-elles une âme ? La liste est interminable. Elle se dessine différemment selon les époques, selon les civilisations. Mais la question, elle, ne change jamais : qui a une âme ?

L'invisible

samedi 25 août 2018

A quoi sert la grâce ?

Nous poursuivons la lecture du livre de Carey NieuwhofDidn't See It Coming: Overcoming the 7 Greatest Challenges That No One Expects and Everyone Experiences
Après avoir abordé le problème du cynisme qui guette tous ceux qui s'impliquent dans leurs engagements, il parle du compromis. Il s'appuie sur une courte parabole de Jésus dans la version de Matthieu, juste après le Sermon sur la montagne (Mt 7,13-14) : "Entrez par la porte étroite ; car large est la porte et spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent". De quoi parle Jésus ici ? Du salut ? Non, dit l'auteur : "Jésus ne pouvait pas dire que nous n'entrerons au paradis que si nous obéissons dans ses moindres détails au Sermon sur la montagne, comme s'il disait : Seuls quelques-uns d'entre vous serons justes, et si vous l'êtes, bienvenue au paradis". Si c'est le cas, nous sommes tous condamnés, moi le premier. Non, je crois que ce que Jésus veut dire, c'est que de l'autre côté de notre confiance en lui en tant que Seigneur, il y a une autre vie, une vie renouvelée, qui ne se trouve que si vous confiez totalement votre character et votre âme à Dieu. Ça ne vous sauve pas. C'est plutôt une réponse au salut."
La conversion, en ce sens, est le début d'un chemin qui nous appelle à évoluer avec Dieu qui nous transforme profondément. C'est difficile, mais ça vaut le coup... 
Autrement dit, devenir quelqu'un de bien ne nous gagne pas le salut, c'est la conséquence du salut, pour peu qu'on accepte de se lier à Dieu de cette façon. Le salut, en théologie on peut appeler ça la justification ; la suite du chemin, on appelle ça la sanctification. Il faut savoir que les différentes confessions chrétiennes ne comprennent pas toutes de la même façon comment tout ça s'articule, même si toutes sont d'accord pour dire que ce qui vient en tout premier, le cadeau fondamental de Dieu, c'est la grâce et que c'est donné une fois pour toutes, ça ne peut pas se retirer et ça ne se gagne pas. Par contre, ce qui se passe ensuite est en débat. Pour évoquer cette question, j'aime beaucoup cette parabole d'André Gounelle :
On pourrait comparer le salut, tel que le comprend le catholicisme traditionnel, à un garçon et à une fille qui éprouvent de l'attirance l'un pour l'autre et qui mettent en place un système de rencontres, une pédagogie et une stratégie qui leur permettront de faire naître et grandir un véritable amour. Tandis que le salut tel que le conçoit la logique de type luthérien ressemble à un coup de foudre qui à chaque moment doit se renouveler et s'actualiser. Selon la logique réformée (calviniste), il y a au départ le coup de foudre ; ensuite, il faut vivre ensemble, organiser l'existence, inscrire l'amour qui a jailli dans la durée
Trois positions théologiques différentes donc : le salut se gagne ; le salut se reçoit à chaque instant ; le salut se reçoit et nous engage. Carey Nieuwhof s'inscrit nettement dans la tradition réformée lorsqu'il parle de résister au compromis qui envahit notre vie si nous n'y prenons pas garde : il faut, pour vivre avec Dieu, se plier à une discipline qui permette à l'amour de s'épanouir. 
Il offre trois pistes pour cela. La première : prendre nos responsabilités. Plus d'excuses, plus de reproches aux autres qui nous dédouanent, mais accepter qu'on peut se changer soi-même. La seconde : harmoniser ramage et plumage. En se forçant à dire la vérité en toute circonstance, on s'encourage soi-même à se transformer. En effet, en mentant on peut toujours cacher les choses peu reluisantes en nous, mais si on s'engage à dire toujours la vérité, on a tout intérêt à se conduire bien pour ne pas se mettre dans une position embarrassante. La troisième : ne pas hésiter à faire passer avant tout le reste le travail sur soi-même. L'auteur pose la question : "Qu'est-ce qui est vraiment égocentrique : se compromettre encore et encore jusqu'à ce que votre famille cesse de vous respecter et jusqu'à ce que vos collègues ne vous fassent plus confiance, ou prendre du temps tous les jours pour devenir quelqu'un d'une grande intégrité et d'un grand honneur ?" Il rappelle que Jésus, avant de commencer son ministère de 3 ans, avait mis 30 ans à se préparer. Préparer pour soi-même une solide fondation spirituelle, émotionnelle, relationnelle prend du temps, de la discipline, de la volonté, une profonde honnêté envers soi-même, c'est le prix de la maturité spirituelle : "alors, votre vie intérieure s'harmonisera enfin avec votre vie extérieure". 
Ce chapitre est important, parce qu'il rappelle des vérités que les épîtres du Nouveau Testament évoquent longuement et que nous n'aimons peut-être plus beaucoup lire aujourd'hui. Les deux seuls écueils à sa lecture, je crois, restent les écueils qui guettent toute religion quelle qu'elle soit : qu'on croie, d'une part, qu'il suffit de bien agir pour se gagner son paradis auprès d'un Dieu exigeant ; et qu'on se sente justifié, par tous les efforts qu'on fait sur soi-même, pour juger des autres et de leur propre sort dans cette vie et dans une vie à venir. 
Et vous, qu'en pensez-vous ?